AccueilSciencePublicationsEditionsMediaCosmologieChineAfriqueContact

Théâtre


Le Premier Matin du Monde
Mythes et Cosmologies humaines jusqu'au Big Bang

le samedi 29 septembre 2018 à 20h30
et le dimanche 30 septembre 2018 à 16h

au Théâtre du Soleil (75012 - Paris)
ARTA/ Théâtre du Soleil

le samedi 3 novembre 2018 à 17h30
Rencontres du Ciel & de l'Espace (AFA)
Cité des Sciences et de l'Industrie
30 avenue Corentin Cariou, 75019 Paris
AFA/ Entrée billets

 

Conférence-spectacle poético-scientifique
avec Jean-Marc Bonnet-Bidaud (astrophysicien) et Lucia Bensasson (comédienne)

Face au récit scientifique actuel, Le Premier Matin du Monde met en parallèle le contenu de textes anciens pour faire émerger la similitude et la parenté des concepts à la base du questionnement essentiel de l'homme face à l'Univers.
Un récit au travers de lectures de textes cosmogoniques anciens et d’évocations visuelles.

Dossier de Presse


        Voir la bande-annonce

Tête au Carré (28 septembre 2018)   Ecoutez l'émission

Télécharger (mp3)

Théâtre. Le premier matin du monde



Cosmologie et cosmogonie.
Comment le Monde a-t-il été créé ? Quelle est son origine et peut-on comprendre son évolution ? Traditionnellement, on oppose « cosmologie » et « cosmogonie « pour décrire d’une part l’interrogation scientifique sur l’Univers et d’autre part les récits poétiques s’interrogeant sur la nature du monde.
C’est seulement depuis environ un siècle que la science moderne a produit un discours sur l’évolution de l’univers qu’elle nomme « cosmologie »  soit au sens étymologique pur « discours sur le monde »
Notre récit aujourd’hui se nomme «Big Bang» Il retrace les étapes successives de la création de l’Univers à l’aide de notre compréhension actuelle des lois physiques du monde qui nous entoure. Si scientifique qu’il paraisse, il fait encore écho avec tout ce qui l’a précédé. Si moderne, et pourtant si en harmonie, avec ce qui a résonné jusqu’à des millénaires avant lui.

 

Récits de la création du Monde.
Si la révolution scientifique moderne est bien née et s'est développée en Europe à partir du XVIe siècle, elle a également puisé ses racines dans des traditions plus anciennes issues de cultures différentes. Ainsi, la révolution de l’héliocentrisme de Copernic est issue d'une lecture critique de textes grecs anciens, produite par des astronomes persans et arabes, eux-mêmes nourris d'échanges avec l'Inde et la Chine. Notre conception moderne de l'Univers repose ainsi sur une pyramide de savoirs lentement élaborés sur l'ensemble du globe. Paradoxalement, à l'heure de la mondialisation de l'économie et du métissage des sociétés, l'apport des différentes cultures au savoir humain est devenu moins visible et parfois oublié.

"Le Premier Matin du Monde" retisse ces liens invisibles et expose l'unité qui sous-tend les questionnements essentiels sur la création du Monde dans les différentes cultures (Chine, Afrique, Grèce, Perse, Inde, Mayas), en parallèle avec le Big Bang moderne.

 


Science et intuition.
Les différentes étapes de « la création de l’Univers » dans le cadre du modèle cosmologique actuel du Big Bang – peuvent se développer selon des mots-clés qui marquent des évolutions importantes régies par l’expansion de l’Univers :
- VIDE – l’univers primordial est dominé par le mystérieux vide quantique
- CHAOS - l’inflation cosmique marque une hypothétique expansion accélérée
- MATIERE -  l’apparition des premiers atomes
- LUMIÈRE -  la première lumière produite lors de l’aube cosmique
- OMBRE -  le retour aux âges sombres, ténèbres où vont se former les galaxies
- FEU - l’apparition des premières étoiles qui vont éclairer l’Univers
- TERRE - l’apparition des planètes, capable de voir émerger la Vie.

 


Codex Maya (900-1200 EC)

Chacun de ces concepts peut-être mis en parallèle avec une notion philosophique proche ou équivalente, développée dans une culture ancienne :
- Le Vide est un concept central en Chine dans la cosmogonie du Huainanzi, un texte taoïste du IIe siècle avant l’ère commune (AEC)
- Le Chaos tourbillonnant marque le début du Monde en Afrique chez les Dogon du Mali, au travers des textes recueillis par les ethnologues dans l’ouvrage Le Renard pâle
- La Matière est la source de réflexion en Grèce antique chez les atomistes comme Leucippe au Ve siècle AEC, tel que rapporté par Diogène de Laërte au IIIe siècle EC
- La Lumière est le principe fondateur en Perse dans le Bundahishn iranien (Création primordiale), rédigé vers le VIIe et VIIIe siècle EC
- L’Ombre régit l’ordre cosmique exposé dans les Lois de Manu, texte en sanskrit de l’Inde ancienne composé aux alentours de IIe siècle AEC au IIe siècle EC.
- le Feu est un élément essentiel dans le récit du Monde en Amérique centrale dans le Popol-vuh des Mayas-Quichés établi vers 1550

 


Barattage du Monde (inde 900-1200 EC)

Ahura Mazda - La lumière
Persepolis  (Iran 500 AEC)

Constellations chinoises
Dunhuang (Chine 650 EC)

Popol-vuh Livre du Conseil
 (Guatemala 1550 EC)

 

Conférence-spectacle poético-scientifique
avec Jean-Marc Bonnet-Bidaud (astrophysicien) et Lucia Bensasson (comédienne)


Avec les contributions de Frédéric Durillon (montage-animation), Guillaume Duprat (cosmographie),  Barbara Noiret (mise en espace) et Jean-François Dusigne (conseiller)
Avec également la précieuse collaboration de Virginie Johan (Kutiyatam, Nangyar Kuttu) et, pour les textes enregistrés, l’amicale participation de : Chunjuan Jia-Sauvage (Chine), Salif Kassogue et Modibo Guindo (Dogon), Philippe Brunet (Grèce), Azar Khalatbari et Hélène Rostama (Perse) et Rama Chakyar (Inde).

Voir également :

- le site ARTA (Association de Recherche des Traditions de l'Acteur)

- le site du Théâtre du Soleil


Le Premier Matin du Monde est réalisé dans le cadre de la Diagonale Paris-Saclay avec le soutien de la Région Ile de France (DIM-ACAV) et est développé par le Département d’Astrophysique du Commissariat à l'Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA), en partenariat avec l’Institut d’Astrophysique Spatiale (Université Paris Sud), le Service Culturel de la Ville d’Evry, le Théâtre du Soleil, ARTA (Association de Recherche des Traditions de l’Acteur) et l’Université Paris 8 (Scènes du monde, création, savoirs critiques, axe ethnoscénologie).